Comment le jeune enfant se confronte-t-il à la maladie grave et à la mort de son parent. Université Paris 8

Comment le jeune enfant se confronte-t-il à la maladie grave et à la mort de son parent ? 2015-2018, Université Paris 8

Résumé

Le cancer représente la première cause de mortalité en France. A la suite de ces décès, de nombreux enfants deviennent orphelins d’un parent. La recherche envisagée s’intéresse à l’expérience de l’orphelinage des enfants entre 2 et 5 ans après un décès lié au cancer d’un des deux parents. L’ensemble de la littérature internationale montre que les conséquences de la perte d’un parent sont graves sur le plan psychosomatique et social. Les manifestations du deuil n’apparaissent pas forcément à court-terme et peuvent émerger à l’adolescence ou à l’âge adulte sous forme de dépression, d’addictions ou autres troubles psychiatriques.

Un accompagnement de la famille et de l’enfant s’avère indispensable pour éviter que l’expérience de la perte devienne constituve de l’identité de l’enfant. Les professionnels sont confrontés à des difficultés bien spécifiques pour communiquer autour de la mort avec les très jeunes enfants entre 2 et 5 ans. Plusieurs hypothèses peuvent être avancées pour expliquer ces spécificités. D’abord nous supposons que la capacité du jeune enfant entre 2 et 5 ans à faire face à la mort d’un de ses parents malade du cancer et sa capacité à entrer dans un processus de résilience sont corrélées avec la qualité des communications transmises à l’enfant par son parent décédé, avant sa mort, par la famille et le personnel hospitalier durant la phase de pré-deuil. Cette capacité d’adaptation sera aussi liée au fonctionnement familial plus global, en particulier la cohésion et l’adaptabilité familiales. Ensuite, nous supposons que dans ce contexte d’orphelinage précoce, un enfant qui a un style d’attachement sécure et qui grandit dans une famille qui a une bonne cohésion et une bonne adaptabilité familiale présentera moins de difficultés de régulation émotionnelle qu’un enfant qui a un attachement insécure. Enfin, nous postulons une amélioration des troubles de la régulation émotionnelle chez les jeunes enfants dont la famille est accompagnée dans ce processus de deuil.

Au niveau méthodologique, nous étudierons deux groupes de personnes, un groupe de jeunes enfants entre 2 et 5 ans qui viennent de perdre un parent, et un groupe de jeunes adultes entre 18 et 30 ans ayant perdu un parent dans la même tranche d’âge. Le premier groupe est issu du centre de lutte contre le cancer de la Gironde, et le deuxième sera recruté dans la population générale. Pour évaluer le fonctionnement de la famille et la communication, les outils utilisés sont l’entretien clinique, le génosociogramme et le FACES III. Des entretiens avec l’enfant seul suivront, avec d’autres outils : l’Impact of Event Scale (IES-R) pour évaluer la détresse psychologique consécutive à l’événement, les histoires d’attachement à compléter pour apprécier l’attachement de l’enfant et une grille d’évaluation des stratégies de régulation émotionnelle comme le Social Skills Rating System (SSRS) utilisé durant un jeu libre. Le protocole prévoit un premier temps d’évaluation environ un mois après le décès du parent, puis environ six mois après, puis environ un an après. Pour le deuxième groupe, un entretien clinique unique prévoit d’utiliser les outils suivants : le génosociogramme, l’IES pour mesurer la détresse, l’Inventaire de deuil compliqué de Prigerson, l’AAI pour évaluer l’attachement, et le DERS-F pour évaluer les difficultés de régulation des émotions.

L’objectif de cette recherche est de mieux comprendre chez l’enfant qui devient orphelin entre 2 et 5 ans à la suite du cancer d’un parent les processus, tant au niveau individuel que familial, qui peuvent être à l’origine d’un deuil pathologique ou au contraire d’un processus de résilience, de façon à mieux les accompagner. Les résultats devraient montrer l’efficacité d’un dispositif spécifique d’accompagnement pour les familles avec de très jeunes enfants. Cette recherche vise l’obtention d’un doctorat de psychologie et donnera lieu à des communications et des publications scientifiques.

 

Équipe
Marthe Ducos, doctorante en psychologie, Laboratoire de Psychopathologie et Neuropsychologie (LPN), Université Paris 8
Arnaud Pagnol, directeur de thèse, Professeur de psychopathologie, Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis, Laboratoire de Psychopathologie et Neuropsychologie (LPN), coordinateur de l’axe « Pathologies persistantes, handicap et rétablissement ».
Nathalie Duriez, codirectricce de thèse, maître de conférences en en psychologie, Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis, Laboratoire de Psychopathologie et Neuropsychologie (LPN)

Mots clés : Petite enfance, représentations, cancer, mort, séparation, traumatisme, pré-deuil, deuil, orphelinage, maternage/paternage, filiation, dyade, attachement, famille, communication, résilience.

Site Internet :
http://www.univ-paris8.fr
https://www.lpn-p8.com/