Facteurs de risque de deuil compliqué chez les enfants endeuillés d’un parent : une étude longitudinale et prospective. CHU Toulouse

Facteurs de risque de deuil compliqué chez les enfants endeuillés d’un parent : une étude longitudinale et prospective, 2015-2018 – CHU Toulouse.

Résumé

Ce projet de recherche axée sur les enfants ayant subi le décès d’un parent et susceptibles de développer un syndrome de Deuil Compliqué (DC) est unique en son genre. En effet, à ce jour, aucune étude n’a examiné les potentiels prédicteurs du DC chez l’enfant (style d’attachement insécure, réactions péri-traumatiques élevées au moment de la perte, évitement comportemental et attentionnel dans les premiers mois après la perte). Ce projet de recherche permettrait de valider l’hypothèse que l’identification précoce des enfants à risque de développer un DC, pourrait favoriser leur prise en charge précoce par des soins ciblés spécifiques.

Les trois objectifs spécifiques et hypothèses avancées sont clairement exposés, et concernent des enfants âgés de 6 à 17 ans et ayant perdu un parent :
– Caractériser les différentes trajectoires possibles des symptômes de deuil entre 3 à 12 mois après la perte du parent (hypothèse : 3 types de trajectoires possibles, soit symptômes de deuil élevés et diminution avec le temps, soit symptômes faibles qui restent faibles, soit symptômes élevés qui restent élevés).
– Examiner les facteurs de risques psychologiques et cognitifs du DC chez ces enfants (hypothèse : un style d’attachement insécure, une détresse et dissociation péritraumatiques élevées et un évitement attentionnel seront associés à des symptômes de DC).
– Examiner l’effet modulateur des symptômes de deuil du parent survivant, sur la relation entre facteurs de risques psychologiques et cognitifs et DC chez ces enfants (hypothèse : l’association entre facteurs de risques et symptômes de DC sera plus forte chez les enfants dont le parent survivant présente des symptômes de deuil aigu à 3 mois après la perte).

 

On estime que 4% des enfants subiront la perte d’un parent avant l’âge de 15 ans. Cet événement est souvent considéré comme le plus traumatique qu’un enfant puisse vivre au cours de sa vie. On estime que 7% des endeuillés développent une symptomatologie de deuil compliqué (DC), un syndrome spécifique à la perte d’un proche caractérisé par des souvenirs intrusifs, des préoccupations et ruminations en lien avec la perte, un désir et une envie de voir le défunt, persistant plus de 6 mois après la perte. A ce jour peu de données sont disponibles concernant la trajectoire des symptômes de DC chez les enfants et les adolescents, et en particulier, ceux ayant perdu un parent. Les symptômes psychopathologiques parentaux pourraient influencer la trajectoire des symptômes d’un enfant exposé à événement traumatique.  Une prévalence importante de 15 à 40 % de DC a été retrouvée chez les proches de personnes décédées d’un cancer suggérant l’existence de facteurs de risque de DC spécifiques au cancer. Cependant, peu d’études se sont intéressées à la relation entre DC et relations familiales ainsi  qu’aux facteurs de risques de DC chez les proches de patients décédés d’un cancer.

L’objectif principal sera d’examiner les facteurs de risques psychologiques et cognitifs du DC chez des enfants âgés de 6 à 17 ans ayant perdu un parent dans les suites d’un cancer ou d’une autre cause. Les objectifs secondaires seront de comparer l’impact de la perte d’un parent décédé d’un cancer vs. d’une autre cause, de caractériser les différentes trajectoires longitudinales des symptômes de deuil, d’examiner l’effet modulateur des symptômes de deuil du parent survivant et d’examiner les facteurs précoces pouvant expliquer les différences de symptômes de DC entre perte d’un parent décédé d’un cancer vs. d’une autre cause. Cette recherche est une étude longitudinale, prospective, descriptive, régionale et monocentrique à visée étiologique.

Les enfants complèteront les questionnaires suivants 3 mois après la perte : Peritraumatic Dissociative Experiences Questionnaire (PDEQ), Peritraumatic Distress Inventory (PDI)), Safety Scale (SS), Grief-related Avoidance Questionnaire  (GRAQ), Child Post-Traumatic Stress Reaction Index (CPTS-RI), Children Depression Inventory (CDI) et Inventory of Complicated Grief (ICG-R) ; puis 6 mois et 12 mois après la perte : les mesures de DC (ICG-R) et de symptômes de stress post-traumatique (CPTS-RI). Les parents complèteront les questionnaires suivants 3 mois après la perte : Inventory of Complicated Grief  (ICG) et PTSD Check-List Scale (PCLS) ; puis 6 mois et 12 mois après la perte : les mesures de symptômes de stress post-traumatique (PCLS).

Le critère de jugement principal sera la mesure de la symptomatologie de DC par l’ICG-R à 6 mois après la perte d’un parent chez les enfants âgés de 6 à 17 ans. Nous nous attendons, à une prévalence de 7% de DC chez l’ensemble des enfants et à une prévalence plus importante chez les enfants dont le parent est décédé d’un cancer. Les enfants inclus seront âgés de 6 à 17 ans ; ils auront perdu un parent au cours des 3 derniers mois et  devront avoir leur autre parent encore en vie, lequel sera également sollicité pour participer à l’étude. Le projet permettra d’une part d’identifier les facteurs de risque de DC chez les enfants ayant perdu un parent et d’autre part de comparer ces facteurs de risques entre une population d’enfants ayant un parent décédé d’un cancer vs. une population d’enfants ayant un parent décédé d’une autre cause. A l’issue du projet, nous disposerons d’instruments permettant d’identifier précocement les enfants et adolescents endeuillés à risque de DC, nécessitant une prise en charge préventive spécifique précoce.

Les résultats de cette étude seront largement diffusés par plusieurs publications scientifiques internationales ainsi que par des présentation en congrès sous forme de communications orales et de posters.

 

Équipe

Responsable scientifique : le Docteur Thanh-Huy Eric Bui, médecin psychiatre, membre responsable de l’axe prédiction du trouble de stress posttraumatique,
responsable principal : le Professeur Jean-Philippe RAYNAUD, médecin psychiatre, chef du service de psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent
assisté par le Docteur Agnès SUC, pédiatre

Site Internet : http://www.chu-toulouse.fr/