Les jeunes orphelins placés : quels sont leurs conditions de vie et leur devenir à la sortie de placement ? CNRS

Les jeunes orphelins placés : quels sont leurs conditions de vie et leur devenir à la sortie de placement ? 2017-2018 – CNRS

Résumé

En France, la part d’orphelins parmi les 15-19 ans est de 5,5% (Monnier, 2003). Catégorie d’enfants oubliés de la statistique et de la sociologie de la famille (Monnier, 2005), le peu de travaux sur cette population d’enfants ont souligné leur invisibilité sociale (Molinié, 2011 ; Flammant et al., 2015). La recherche socio-démographique s’est principalement centrée sur leur dénombrement et sur leur configuration familiale monoparentale suite au décès d’un parent (Monnier, 2005 ; Flammant et al., 2015). La situation d’orphelinage des enfants pris en charge en protection de l’enfance a été peu étudiée hormis leur statut juridique (Chambraud, 2011 ; Verdier, Noé, 2013). Pour autant, parmi l’ensemble des orphelins 6% des orphelins de mère, 4% de père et 24% de père et mère ont connu un placement au cours de leur enfance (Blanpain, 2008). La question de l’orphelinage est loin d’être marginale. En effet, parmi les jeunes placés de 17 ans, 30% d’entre eux ont au moins un parent décédé (Frechon, Marquet 2016). Néanmoins le décès d’un parent n’est pas toujours la cause du placement, il peut s’agir d’un cumul de difficultés qui l’a engendré. La notion d’uniparentalité (Delaunay-Berdaï I., 2013, 2016) ou de monoparentalité « absolue » (Monnier, 2005) n’est pas le meilleur facteur explicatif. Il en est de même de la précarité socio-économique engendrée par la perte précoce d’un conjoint (Flammant et al., 2015), cette précarité pouvant déjà exister an amont.

Il s’agira donc d’éclairer des pans d’ombre de la recherche en dressant un portrait des jeunes orphelins pris en charge par l’Aide sociale à l’enfance. Qu’est-ce qui fait la spécificité familiale de ceux-ci ? Leurs conditions de placement, les difficultés rencontrées se différencient-t-elles des autres jeunes placés ? Comment se constitue leur entourage et quels sont les soutiens ou les proches qui comptent pour eux (Bonvalet, Lelièvre, 2012) ? Enfin comment préparent-ils leur devenir ? Notre projet s’appuie sur deux types d’enquêtes : tout d’abord, l’étude ELAP_dossier 2009, où nous avons reconstitué le parcours de 809 jeunes qui ont connu au moins un placement (Frechon, 2009), pourra notamment préciser à quel moment le décès se produit dans le parcours de prise en charge de l’enfant. Ensuite, l’Etude Longitudinale sur l’accès à l’Autonomie des enfants Placés (ELAP), qui a débuté en 2013, a permis à un échantillon représentatif de 1622 jeunes placés, âgés de 17 à 20 ans, de 7 départements (75 77 91 92 93 59 62), de s’exprimer sur leurs conditions de vie dans leur lieu de placement et leur préparation à la sortie de ce dispositif qui n’excède pas l’âge de 21 ans. Parmi eux, 510 sont orphelins de père et/ou de mère (effectif non pondéré).
Dix-huit mois plus tard, 756 de ces jeunes dont 250 orphelins ont répondu à un second questionnaire. Certains d’entre eux étaient sortis. Le projet se poursuit actuellement sous forme d’entretiens qualitatifs auprès d’une centaine de jeunes. Par ailleurs une étude à partir des bases de données des 7 départements permet de reconstituer la fin de parcours des 1622 jeunes. A partir de ce matériau inédit et de grande ampleur, nous analyserons les mesures prises pour les orphelins mineurs (pupille, tutelle, DAP ou autres) afin de mieux comprendre les modes de prise en charge et l’accompagnement de ceux-ci. Nous décrirons ensuite les types de placement ; les aides reçues et leur perception des aides manquantes ; leur entourage ; leurs sources de revenus ; leur parcours scolaire, leurs compétences acquises et difficultés rencontrées pour leur insertion future. Dans le cas des enfants placés, la question de leur devenir est particulièrement importante. En effet, les jeunes qui ne bénéficient pas de soutien familial sont les plus affectés dans la poursuite des études, leurs insertions résidentielle et professionnelle. Nous verrons comment l’orphelinage des jeunes placés peut ou non fragiliser leur entrée dans la vie adulte.

Équipe

Responsable scientifique : Isabelle Frechon, Chargée de recherche CNRS, en sociologie et démographie au Laboratoire Printemps UMR 8085,
Lucy Marquet, MCU en démographie au CLERSE à l’Université de Lille 1,
Pascale Breugnot, Sciences de l’éducation, de l’ETSUP,
Elisa Abassi, doctorante en sociologie et démographie à l’INED,
Claire Ganne, MCU en Sciences de l’éducation au CREF (EA 1589) à l’université Paris X Nanterre.

Mots-Clés : Orphelins placés, Conditions de vie, Devenir, Passage à l’âge adulte

Site Internet :    http://www.cnrs.fr/
http://www.printemps.uvsq.fr/laboratoire-professions-institutions-temporalites-/langue-fr/l-equipe/les-membres-permanents/chercheurs/frechon-isabelle-143097.kjsp
https://elap.site.ined.fr/