Perdre un parent pendant l’enfance : une vulnérabilité non protégée ? APEX

Perdre un parent pendant l’enfance : une vulnérabilité non protégée ? Représentations et prise en compte de l’orphelinage dans la protection de l’enfant, 2017-2018 – APEX (Association pour la promotion des expérimentations sociales)

Résumé

L’enjeu de cette recherche est de contribuer à la connaissance des conditions de vie des enfants et jeunes ayant été exposés à la perte d’un parent et des conséquences de ce deuil précoce, afin de proposer des actions appropriées en direction des enfants et de leur famille. Elle s’intéresse aux services de la protection de l’enfant car, malgré l’absence de données statistiques d’ensemble, les données secondaires de certaines études montrent un nombre particulièrement élevé d’orphelins parmi les enfants placés. Leur proportion irait de 25 à 30%, soit jusqu’à 10 fois plus qu’en population générale selon les sources (Barreyre et al., 2008 ; Frechon et Marquet, 2016).

Cette recherche s’inscrit dans un partenariat avec la CNAPE (Convention nationale des associations de protection de l’enfant), qui souhaite apporter un éclairage aux professionnels de ses 123 associations et 11 mouvements adhérents, afin de construire des réponses adaptées aux besoins spécifiques des enfants endeuillés. L’ouverture des terrains sera rendue possible à travers le réseau de la CNAPE. Nous pourrons ainsi rencontrer, pour des entretiens sociologiques, de jeunes orphelins, leur famille, et les professionnels intervenant auprès d’eux. Cette enquête sociologique se déroulera dans des contextes allant de l’accueil physique (placement familial, maison d’enfants à caractère social, lieux de vie), à l’aide à domicile (action éducative en milieu ouvert, services de techniciennes de l’intervention sociale et familiale).

Aujourd’hui, dans les statistiques de la protection de l’enfant, l’enfant orphelin n’est visible qu’à condition d’avoir perdu ses deux parents et d’entrer dans le statut de pupille. De plus, ces chiffres ne prennent pas en compte le fait d’avoir perdu un seul de ses parents. Cela laisse penser, de manière paradoxale, que la notion de perte d’un parent pendant l’enfance n’apparaît pas comme une problématique spécifique entrant dans le champ de la protection de l’enfant. D’un autre côté, la sociologie éclaire peu sur le sujet de l’orphelinage. La sociologie de la famille (de Singly, 2007 ; Déchaux, 2009) et la sociologie de l’enfance (Sirota, 2006) permettent d’interroger le statut de l’enfance dans le monde contemporain, mais se sont peu intéressées à la question de l’impact de cette nouvelle représentation de l’enfant comme sujet et acteur d’une relation intersubjective avec l’adulte et singulièrement le parent, dans le cas où un parent décède pendant l’enfance. Interroger l’orphelinage dans le contexte de la protection de l’enfant, entendue comme une politique publique allant de la prévention, notamment par un soutien à domicile des familles en difficulté, jusqu’à l’accueil physique d’enfants et de jeunes de moins de 21 ans, est aussi un moyen d’interroger, de façon plus vaste, la représentation sociale de l’orphelin dans la société contemporaine pour mieux la faire évoluer.

La recherche poursuit deux objectifs liés. D’une part, elle vise à recenser les situations d’orphelinage dans la protection de l’enfant, jusqu’ici laissées dans l’ombre, par une enquête statistique auprès des adhérents de la CNAPE. D’autre part, elle vise à mieux comprendre la situation de l’orphelin en prenant en compte les interactions entre histoire familiale, histoire de la perte, environnement et réponse publique, à travers les récits biographiques d’enfants et jeunes de moins de 21 ans connus des services adhérents de la CNAPE. Cette recherche, articulant méthode quantitative et méthode qualitative, permettra d’améliorer la connaissance des situations vécues par les orphelins et par les acteurs en présence dans ce secteur. Elle mettra au jour des besoins spécifiques émergents qui seront reliés à des actions innovantes à mettre en pratique dans une dimension de recherche-action.

Équipe

Responsable :
Céline Jung, sociologue, membre de l’APEX, chercheure associée au LISE-Cnam
avec Laure Sourmais, Responsable protection enfance à la Cnape (Convention nationale des associations de protection de l’enfance)

Mots clés : orphelins – enfance – protection de l’enfant – famille – besoins spécifiques – travail social – action sociale – enquête quantitative – entretiens sociologiques

Site Internet : http://apex-recherche.org/