Prise en charge psychologique d’enfants orphelins : relevé d’indicateurs de troubles affectifs, relationnels et cognitifs. Université Lille 3

Prise en charge psychologique d’enfants orphelins : relevé d’indicateurs de troubles affectifs, relationnels et cognitifs (PECPEO) 2010-2018 – Université Lille 3

Résumé

Le processus normal de deuil est compliqué par le jeune âge des enfants (Bacqué & Hanus, 2001) : le deuil précoce serait « traumatique en lui-même parce que l’enfant ne possède pas les mécanismes émotionnels ni la capacité à faire face (…). » (Lieberman, Compton, Van Horn & Ippen, 2009, p. 3). Le bouleversement vécu par un enfant qui vient de perdre un parent est d’une telle intensité qu’il déséquilibre l’ensemble de l’organisation psychique : les sphères affective, relationnelle et cognitive sont touchées par le deuil (Heath, Leavy, Hansen, Ryan, Lawrence & Sonntag, 2008).

La sphère affective a suscité un grand intérêt, en particulier au niveau de l’attachement (Bowlby, 1958; Ainsworth, Blehar, Waters, & Wall, 1978). Les relations d’attachement qu’un enfant construit avec son ou ses parents sont décisives pour le reste de sa vie (Gloger-Tippel, König, & Lahl, 2008). Un enfant orphelin est soumis à des risques de perturbations des relations d’attachement. On peut faire l’hypothèse que la disparition d’un parent bouleverse profondément l’évolution habituelle du développement des relations d’attachement. Nous adapterons une échelle d’attachement existante, l’IPPA (Armsden & Greenberg, 1987), initialement conçue pour des adolescents, afin de la rendre compréhensible à des enfants de 6 à 12 ans. Nous ferons également passer aux enfants une échelle de sentiment d’efficacité personnelle scolaire, ainsi qu’une échelle de dépression (MDI-C, Berndt & Kaiser, 1999).

Les aspects relationnels sont également l’objet de réflexions de la part des chercheurs. Heath et al. (2008) relèvent que l’établissement des relations avec les pairs est également très sérieusement mis en cause chez les enfants endeuillés. Ainsi, les questions de la stigmatisation (Romano, 2007) et/ou de l’exclusion de ces enfants, sont régulièrement posées dans les travaux menés sur le deuil enfantin : le deuil fragilise aussi l’enfant dans ses relations sociales. Les enfants endeuillés sont de ce fait à risque de présenter des difficultés dans leurs relations sociales, et en particulier d’être victimes d’intimidations et/ou de harcèlement (Berger, 2007 ; Fontaine, 2003). Nous utiliserons ici l’échelle de mesure du harcèlement de Galand, Dernoncourt, et Mirzabekiantz (2009).

Le retentissement du deuil sur le fonctionnement cognitif est moins connu. La littérature fait mention de difficultés d’élocution ou de fatigue intellectuelle (Stroebe & Stroebe, 1987), ainsi que de difficultés mnésiques (Cordier, 2008) ou de concentration : ces dernières sont cependant dépeintes de façon superficielle sans que soient précisées leur nature exacte, leur intensité, leur fréquence (ex. Bacqué, 2000). Nous utiliserons l’échelle de mémoire standardisée CMS (Cohen, 2001) : cette dernière nous permettra de mesurer la mémoire à court terme, la mémoire de travail et la mémoire à long terme. Nous recueillerons également des données concernant l’utilisation par les enfants de stratégies mnésiques (Clerc, 2013 ; Miller, 1990, 2000 ; Schneider et al., 2009).

Nous rencontrerons, lors de séances individuelles à domicile ou dans un lieu familier à l’enfant (association, salle de quartier), des enfants de 6 à 12 ans issus de l’ensemble du territoire national, orphelins d’un parent depuis plus d’an, ou non-orphelins mais de même âge et de même composition de la fratrie (groupe témoin). Concernant les enfants orphelins, nous demanderons également au parent restant de renseigner deux échelles d’attachement. L’ensemble des échelles et tests sera administré en une fois, et sera suivi, pour les enfants orphelins, d’un entretien de recherche semi-directif permettant de compléter leurs réponses s’ils le souhaitent. Comme toute recherche scientifique, celle que nous effectuerons ici donnera lieu à diverses formes de publication des résultats : journées d’étude, communications en congrès, articles scientifiques, publications grand public, participation à des conférences et tables rondes.

Responsable scientifique : Jérôme Clerc, Professeur de psychologie cognitive, Université Grenoble-Alpes
Coordonné avec Guy Cordier, pédopsychiatre

http://psitec.recherche.univ-lille3.fr/